Partagez sur

Actualités / Vie du collège

La rentrée scolaire 2010 - 2011 est prévu le 7 octobre 2010 à 8h.

 

La rentrée scolaire 2010 - 2011 est prévu le 7 octobre 2010 à 8h.

 

La rentrée scolaire 2010 - 2011 est prévu le 7 octobre 2010 à 8h.

 
 
JOURNEE D'EXCELLENCE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par mbengue   
Mardi, 05 Octobre 2010 13:23

0INSPECTION D’ACADEMIE DE FATICK INSPECTION DEPARTEMENTALE DE FATICK                                          CEM KEUR SAMBA DIA.

LAUREAT 2010 / 2011

 

A L’ISSU DES COMPOSITIONS DU PREMIER SEMESTRE LES ELEVES QUI ONT EU UNE MOYENNE SEMESTRIELLE SUPERIEURE OU EGALE A 13 /20 ONT ETE PRIME.

 

15/04/2011

 

 

 

DONATEURS

1. Mr SAGNA,  LIEUTENANT COLONEL, CHEF DE SERVICE  DE LA RESERVE FORESTIERE DE SOMONE.

2. Mme  LEONTINE COORDINATRICE DE VISION MONDIALE  ADP / FIMELA.

3. Mr KA  CHEF DE SERVICE DU CENTRE D’APPUI AU DEVELOPPEMENT LOCAL (CADL)  DE FIMELA.

4. Mr SENE PRESIDENT DU CONSEIL RURAL DE FIMELA.

5. CANAL + HORIZON

6. Mr SENGHOR PROFESSEUR AU CEM DE DIOFIOR

7. ASSOCIATION TAKKU LIGUEY

8. LA POSTE

REMERCIEMENTS.

Nous tenons à remercier  très sincèrement l’ensemble de ces bienfaiteurs qui ont bien voulu  miser  sur ces jeunes ; avenir de demain, par-ce-qu’ils leur font confiance. Que  DIEU, le Tout Puissant, le Miséricordieux répande sa grâce infinie sur  vous, votre famille et vos biens matériels et financiers. Nous ; enseignants et administration confondus,  ces jeunes lauréats tout comme leurs parents vous sont très reconnaissant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DISCOURS SUR LES VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE PRONONCE PAR MLLE DIOP PROFESSEUR DE MATHS- SVT

M. LE SOUS-PREFFET,

M. LE PCR : PRESIDENT DU CONSEIL RURAL,

MESSIEURS LES CHEF DE VILLAGES, MESSIEURS LES CONSEILLERS,

M. LE COMMANDANT DE LA BRIGADE DE FIMELA,

MESSIEURS LES PRINCIPAUX,

MESSIEURS LES DIRECTEURS D’ECOLES,

MADAME LA PRESIDENTE DE L’APE,

CHERS PARTENAIRES,

CHERS COLLEGUES,

CHERS PARENTS,

CHERS ELEVES

Il existe une reconnaissance internationale de l’importance de l’éducation des filles et la nécessaire égalité entre les sexes dans les écoles et dans les systèmes éducatifs.

La question des violences tenant au genre en milieu scolaire est la croisée de deux autres problèmes socio-éducatives : celle des obstacles à l’éducation des filles et à l’égalité des sexes dans le secteur éducatif et celle qui rejoint la question de l’éducation pour tous et des grands objectifs qui lui sont associés. Ce qui pousse la DEMSG et l’USAID/PAEM à commanditer une étude dans le cadre de sa politique d’intégration du genre dans l’enseignement moyen secondaire.

Cette étude commanditée par la DEMSG et l’USAID /PAEM est menée dans le cadre de la politique d’intégration du genre dans l’enseignement moyen secondaire.

Ainsi  dans la recherche socio-économique et politique de la planification du développement, les relations entre les hommes et les femmes commencent à trouver une place importante.

En effet parmi les violences de genre, celles de nature sexuelle apparaissent les plus préoccupantes étant donné l’impact désastreux qu’elles ont sur la déperdition scolaire et au vue de l’enjeu que représente l’éducation des filles. La violence sexuelle est un concept multiforme. Elle est utilisée de façon englobante pour d’écrire toute violence physique ou psychologique commise par le biais d’une action  ciblant la sexualité (mariage précoce, l’harcèlement sexuel, la pédophilie, harcèlement moral, voire verbal…)

Ces concepts ont longtemps été considérés comme tabous du fait de considérations culturelles, généralement défavorables aux femmes et aux filles. Les disparités de droits et d’opportunités entre hommes et femmes, garçons et filles, finissent par affecter l’harmonie de ces relations marquées de plus en plus par des violences de genre.

Cette étude intervient à un moment où le phénomène des violences dans le milieu scolaire suscite de graves  inquiétudes par rapport au maintien des filles à l’école .Ces agressions relatées entre autre par la presse et les rapports des chefs d’établissement compromettent les performances des filles, l’achèvement des cycles moyen et secondaire, leurs rôles et autonomie futurs comme agents et bénéficiaires du développement.

Dés lors, la problématique réelle de l’éducation des filles intègre indiscutablement la question de la pacification de l’environnement scolaire par l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies sensibles au genre pour l’Education Pour Tous (l’EPT) en tant que composante du  Programme Décennale de l’Education et de l a Formation (PDEF) .

Cependant l’école « lieu de formation à la vie ………ou le savoir se déploie et ou l’organisation et la maîtrise des interrelations dynamiques et complexes préparent les élèves à exercer positivement leur citoyenneté» devrait constituer une belle exception parce que renfermant la couche sociale la plus vulnérable celle des enfants et des jeunes.

Même, dans une société où les mœurs sont en dépravation ou les stéréotypes sexistes pèsent lourdement sur les mentalités,  l’école devrait restée  un havre de paix et de sécurité où s’épanouissent les élèves garçons comme filles. Aussi faudrait-il aller vers des mesures dissuasives en vue de démotiver les personnes tentés par des actes de malfaisance, en rendant plus sévères les peines, mais également en accentuant la sensibilisation, la sécurisation et la protection  des personnes exposées.

En définitive  la diversité des formes de violences des auteurs, des sources, des causes et conséquences, invite à des interventions à différents niveaux : structurel, pédagogique, technique et communautaire.

C’est pourquoi la responsabilité dans la gestion, le suivi des cas et la prévention des violences en milieu scolaire doivent être largement  partagés. La maîtrise de ce  phénomène nous interpelle tous.

PRESENTATION DE LA  STRUCTURE.

v     INFRASTRUCTURES

§        04 SALLES  DE CLASSE ORDINAIRES

§        01 SALLE SPECIALISEE

§        01 SALLE INFORMATIQUE

§        05 ABRIS PROVISOIRES

v     NOMBRE DE NIVEAUX,  DE COURS, EFFECTIF ET FILLES.

NIVEAUX

6E

5E

4E

3E

TOTAL

COURS

3

3

3

2

11

EFFECTIF

167

146

146

77

536

FILLES

80

69

70

31

250

 

STATISTIQUES DE REUSSITE.

ü      MOYENNE   /RANG / NOMBRE DE PRIX  DE CHAQUE CLASSE. /NOMBRE DE FILLES PRIMEES

 

COURS

6E A

6E B

6E C

5E A

5E B

 

5E C

4E A

4E B

4E C

3E A

3E B

MOYENNE

11.53

11.13

11.70

10.92

11.62

 

11.06

10.57

10.00

10.74

10.04

10.52

RANG

3ième

4ième

1ere

6ième

2ième

 

5ième

8ième

11ième

7ième

10ième

9ième

NBRE DE PRIX

12

10

14

6

11

 

8

3

4

4

2

6

NBRE FILLES

PRIMEES

8

5

5

3

5

6

3

3

2

00

03

 

ü      TAUX DE REUSSITE RAPPORTE AU GENRE / TAUX DE REUSSITE GLOBAL.

 

GENRE

PRIMES

TAUX DE REUSSITE GENRE

EFFECTIF/ SEXE

ONT LA MOYENNE

10. 00 /20

TAUX DE REUSSITE

GARCONS

 

37

46.83 %

285

189

66.31 %

FILLES

 

43

53.16 %

250

168

67.20 %

TOTAL

 

80

14.77 %

535

357

66.73 %

 

14.77 : Taux de réussite (GENRE)  des  élèves ayant une moyenne supérieure ou égale à 13/ 20 rapporté à l’effectif total.

 

 

CHRONOGRAMME :

MOTS  DE BIENVENUS ET DE REMERCIEMENTS DES AUTORITES SCOLAIRES ET DES PARTENAIRES.

OUVERTURE OFFICIELLE PAR L’AUTORITE ADMINISTRATIVE.

DISTRIBTION DES PRIX :

1.      A  TOUS LES ELEVES QUI ONT UNE MOYENNE SEMESTRIELLE EGALE OU SUPERIEURE A 13 / 20

2.      PRIX SPECIAUX

ü     PRIX D’EXCELLENCE PAR CLASSE

ü     PAR  NIVEAU

ü     PAR  DISCIPLINE

ü     PRIX  GENRE.

  • ROI DU COLLEGE
  • REINE DU COLLEGE

3.      HOMMAGE POUR SERVICE RENDU.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prénom

Nom

Moyenne

Classe 6E A

 

1

ABDOU

FAYE

16.47

 

 

2

LAMINE

DIALLO

16.27

 

 

3

AÏSSATOU

SARR

15.07

 

 

4

MARIAMA MANE

FAYE

15.04

 

 

5

TENNING

DIARRA

14.84

 

 

6

ADJI

NDONG

14.44

 

 

7

MAÏMOUNA

SECK

13.83

 

 

8

ISMAÏLA

SY

13.72

 

 

9

SALIMATA HELENE

GUEYE

13.77

 

 

10

DIENE BABACAR

DIAWNE

13.64

 

 

11

ASTOU

GUEYE

13.50

 

 

12

NDEYE KHODIA

FAYE

13.17

 

 

Classe de 6E B

 

1

MAMA NGA

DIOUF

15.54

 

 

2

OUSMANE

FAYE

15.29

 

 

3

ADAMA

SY

14.97

 

 

4

NDEYEMARIAMA MBACKE

KEBE

14.06

 

 

5

ALIOSE BABOU

FAYE

13.92

 

 

6

OUMOU AWA

TOURE

13.56

 

 

7

SOPHIE

COULIBALY

13.42

 

 

8

IBRAHIMA

DIARRA

13.41

 

 

9

GNILANE MARIE

FAYE

13.34

 

 

10

IBRAHIMA

FALL

13.14

 

 

Classe de 6E C

 

1

BOUBACAR

NDOUR

15.80

 

 

2

OUMOU KOULSOUM

GUEYE

15.79

 

 

3

KHADIM

WADE

15.16

 

 

4

FATOU

CISSE

14.79

 

 

5

FATOUMATA

BASSE

14.66

 

 

6

PAPE NGUENE

NDOUR

14.40

 

 

7

MALICK

DIARRA

14.25

 

 

8

ABLAYE

DIOUF

14.16

 

 

9

FATOU

DIAME

14.07

 

 

10

MAMADOU

DIALLO

14.00

 

 

11

FATOUMATA A. DENISE

SARR

13.83

 

 

12

WALY

GUEYE

13.42

 

 

13

TAMSIR

SARR

13.37

 

 

14

ADAMA

NDONG

13.02

 

 

CLASSE DE 5E A

 

1

OMAR

SAMB

17.75

ROI DU CEM

 

2

ABDOUL AZIZ

DIALLO

15.77

 

 

3

ADAMA

SANKHARE

15.10

 

 

4

FRANCOISE EMILIE NDIARE

SENE

14.23

 

 

5

NGONE

DIOP

13.40

 

 

6

FAMA

DIAKHATE

13.30

 

 

CLASSE DE 5E B

 

1

MOHAMED

DIASSY

15.58

 

 

2

MOUSSA

SIDIBE

15.50

 

 

3

OUMY

FAYE

13.97

 

 

4

MAMADOU

DIAGNE

13.73

 

 

5

BAKARY

DIARRA

13.58

 

 

6

NDEYE MARIE

TOURE

13.47

 

 

7

MAMA SENI

CISSE

13.40

 

 

8

MAÏMOUNA

DIOUF

13.36

 

 

9

AWA

DIALLO

13.10

 

 

10

Boubacar

Ba

13.09

 

 

11

Daba

Seck

13.03

 

 








 

CLASSE DE 5E C

1

MAMADOU KOR

NDOUR

17.06

 

2

PENDA

SANKHARE

16.47

REINE DU COLLEGE

3

CHEIKH TIDIANE

BA

14.78

 

4

OLIMATA

SOW

14.47

 

5

AWA

KANDE

14.36

 

6

ABY

DIACKO

14.03

 

7

ROCKHY NDEB

FAYE

13.92

 

8

HELENE

REBEIZ

13.24

 

CLASSE DE 4E A

1

FATOUMATA

SOW

14.70

 

2

MAÏMOUNA

SANOKHO

13.81

 

3

MARIE ELISABETH SIGA

DIOUF

13.26

 

4E B

1

IBRAHIMA

SAMB

15.18

 

2

MARIE LOUISE

NDOUR

13.98

 

3

AÏSSATOU

POUYE

13.78

 

4

BOUSSO

DIAGNE

13.41

 

4E C

1

Mame Birame

Dieng

16,92

 

2

Khady

Dieng

14.70

 

3

Abdoulaye

Sy

14.41

 

4

Amy

Faye

13.62

 

CLASSE DE 3E A

1

MOUHAMED BOUBACAR

FATY

16.00

 

2

FERDINAND ODILON

NDOUR

14.07

 

CLASSE DE 3E B

1

SANOU

FAYE

14.70

 

2

GAOUSSOU

DIARRA

14.13

 

3

MOUHAMED

DIARRA

14.12

 

4

OMAR

DIALLO

13.31

 

5

LALLA

DIOUF

13.20

 

6

NIANA

DAHER

13.14

 

 

 

 

PRIX  SPECIAUX

ü      PRIX D’EXCELLENCE PAR CLASSE.

CLASSE

PRENOM

NOM

MOYENNE

6E A

ABDOU

FAYE

16.47

6E B

MAMA NGA

DIOUF

15.54

6E C

BOUBACAR

NDOUR

15.80

5E A

OMAR

SAMB

17.75

5E B

MOHAMED

DIASSY

15.58

5E C

MAMADOU KOR

NDOUR

17.06

4E A

FATOUMATA

SOW

14.70

4E B

IBRAHIMA

SAMB

15.18

4E C

MAME BIRAME

DIENG

16.92

3E A

MOUHAMED BOUBACAR

FATY

16.00

3E B

SANOU

FAYE

14.70

 

ü      PRIX PAR NIVEAU

NIVEAU

PRENOM

NOM

MOYENNE

6E

ABDOU

FAYE

16.47

5E

OMAR

SAMB

17.75

4E

MAME BIRAME

DIENG

16.92

3E

MOUHAMED   BOUBACAR

FATY

16.00

 

ü      CLASSE CHAMPIONNE DU TOURNOI INTER-CLASSES

CLASSE CHAPIONNE :  4E A .  10 000 CFA

VICE ChAMPIONNE : 5E A :         5 000 F CFA

 

 

ü      PRIX PAR DISCIPLINE.

ü      MEILLEUR  ELEVE DE SCIENCES PHYSIQUES : CLASSE DE 3e : Prix offert par Mr KA  chef de service du Centre d’Appui au Développement Local. (CADL) à l’élève  MOHAMED  DIARRA.

ü      MEILLEUR  ELEVE DE FRANÇAIS : CLASSE DE 3E : Prix offert par L’Association Takku Ligguey à l’élève Mouhamed  Boubacar Faty de la classe de 3E A

ü      MEILLEUR  ELEVE DE MATHEMATIQUE:   CLASSE DE 4E : Prix offert par L’Association Takku Ligguey à l’élève  ABDOULAYE  SY de la classe  de 4E C

MEME MOYENNE AVEC IBRAHIMA SAMB DE LA 4E B.

ü      MEILLEUR  ELEVE DE MATHEMATIQUE:   CLASSE DE 4E : Prix offert par L’Association Takku Ligguey à l’élève  IBRAHIMA    SAMB de la classe  de 4E B

 

ü      MEILLEUR  ELEVE  EN ARABE : CLASSE DE 4E : Prix offert par L’Association Takku Ligguey à l’élève  AMY  FAYE de la classe de  4E

ü      MEILLEUR  ELEVE EN ESPAGNOL : CLASSE DE 4E : Prix offert par L’Association Takku Ligguey à l’élève MARIE LOUISE NDOUR de la classe de  4E.

 

ü      MEILLEUR  ELEVE EN ANGLAIS : CLASSE DE 5E : Prix offert par L’Association Takku Ligguey à l’élève  O MAR SAMB de la classe de 5E A

ü      MEILLEUR  ELEVE EN EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE : CLASSE DE 5E : Prix offert par L’Association Takku Ligguey à l’élève   MOUSTAPHA FALL de la classe de 5E A.

ü      MEILLEUR  ELEVE EN HISTOIRE ET GEOGRAPHIE:   CLASSE DE 6E : Prix offert par L’Association Takku Ligguey à l’élève OUMOU KALSOUM  GUEYE de la classe de 6E C

ü      MEILLEUR  ELEVE EN SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE :   CLASSE DE 6E : Prix offert par L’Association Takku Ligguey à l’élève  LAMINE   DIALLO de la classe de 6E

ü      PRIX GENRE

LES MEILLEURS ELEVES DU COLLEGE :

  • FILLE : Prix offert par l’Association Takku  Liguey à l’élève : PENDA SANKHARE DE LA  5E C (Pour la 2ième fois consécutive).
  • GARCON : Prix offert par le Lieutenant Colonel SAGNA de la réserve forestière de SOMONE à l’élève OMAR SAMB de la 5e C (Pour la 2ième fois consécutive. Une première fois en 6e à Palmarin)

Mr  SAGNA CHEF DE SERVICE DE LA  RESERVE FORESTIERE DE SOMONE, notre partenaire de tous les temps, qui par ailleurs a offert plus 100 livres,qui aujourd’hui  ont  servi  à  récompenser ces jeunes méritants. Mr SAGNA veuillez recevoir tous les remerciements de la communauté éducative du CEM KEUR SAMBA DIA pour votre accompagnement soutenu du système éducatif sénégalais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MOHAMED

DIASSY

15,58

MOUSSA

SIDIBE

15,50

 

 

OUMY

FAYE

13,97

MAMADOU

DIAGNE

13,73

BAKARY

DIARRA

13,58

NDEYE MARIE

TOURE

13,47

MAMA SENI

CISSE

13,40

MAIMOUNA

DIOUF

13,36

BOUBACAR

BA

13,09

DABA

SECK

13,03

 

AWA

DIALLO

12,99

Ibrahima

Caling

12,95

BINETA

BASSE

12,81

OUSSEYNOU

SENGHOR

12,73

NDEYE

GAKOU

12,59

MOHAMED ELIASE

TRAORE

12,24

NDEYE CODOU

DIATTA

12,12

MOUHAMED

PENE

12,11

ISSA

CAMARA

12,06

 

 

 

 

MAMADOU KOR

NDOUR

17,06

PENDA

SANKHARE

16,47

CHEIKH TIDIANE

BA

14,78

OLIMATA

SOW

14,47

AWA

KANDE

14,36

ABY

DIAKO

14,03

 

 

 

ROKHY NDEB

FAYE

13,92

HELENE

REBEIZ

13,24

 

 

SIDY EL MOCTAR

SENGHOR

12,60

OUSSEYNOU

DIOUF

12,43

NGUENAR

SECK

12,38

FATOU

DIOME

12,36

LAMINE

SENGHOR

12,29

TIDA

MANE

12,24

 

 

 

FATOUMATA

SOW

14,70

 

MAÏMOUNA

SANOKHO

13,81

MARIE ELISABETH SIGA

DIOUF

13,26

 

Salimatou Hélène

Guèye

12,63

BOUBACAR

SOW

12,24

 

 

 

IBRAHIMA

SAMB

15,18

 

MARIE LOUISE

NDOUR

13,98

AÏSSATOU

POUYE

13,78

BOUSSO

DIAGNE

13,41

 

 

IBRAHIMA

COULIBALY

12,79

ALOUISE

NDOUR

12,61

MAMADOU

SARR

12,54

ISMAÏLA

SANKHARE

12,40

OUSSEYNOU

NGOM

12,32

 

 

 

MAME BIRAME

DIENG

16,92

Khady

Dieng

14,70

ABDOULAYE

SY

14,41

 

Amy

Faye

13,62

 

AWA

DIOUF

12,76

ABABACAR

WADE

12,76

BABACAR SALY

DIOUF

12,33

OUMAR

BA

12,30

Rokhy

Pouye

12,00

 

 

 

 

 

Mouhamed Boubacar

Faty

16,00

Ferdinand Odilon

Ndour

14,07

 

NEANT

 

Woura

Coulibaly

12,39

Fatoumata Binetou

Souaré

12,12

 

 

 

 

SANOU

FAYE

14,70

Mouhamed

Diarra

14,44

Gaoussou

Diarra

14,13

 

 

 

Omar

Diallo

13,31

Lalla

Diouf

13,20

Niana

Daher

13,14

 

 

 

 

Fatou Dramé

Cissé

12,71

Oly

Diarra

12,45

SOULEYMANE

MARICO

12,29

Ibrahima

Diokh

12,20

KHADY

SECK

12,13

Ousmane

Keita

12,09

 

 

LE PRINCIPAL

 

 
JOURNAL DU COLLEGE: "LA VITRINE" PDF Imprimer Envoyer
Écrit par mbengue   
Mardi, 05 Octobre 2010 11:55

         

 Editorial …………………………………………………………………………… p2

 Historique du collège ………………………………………………………...……...p3

 Vers la réussite …………………………………………………………………….p4

 Description du collège ……………………………………………………………... p4 

Les conditions de travail au sein du collège ……………………………………….. p5

 Comment éviter les violences en milieu scolaire ……………………………………. P5

 Mon premier jour au CEM ……………………………………………………….…p6

 Les principales activités au sein du collège ……………………………………… ..p7

 Le portrait du principal ………………………………………………………… … p8

 Le portrait d’un professeur ………………………………………………………...p 8

 Interview ……………………………………………………………………….... …p9

 L’arrivée au CEM avant 8h15 …………………………………………………….p10

 Le portrait du principal (bis) ……………………………………………………... p10

Vive les maths ……………………………………………………………………. p11

 Humour, cyber copy.com ……………………...…………………… P12 13

 Proverbes, charades ……………………………………..…………… P14

 Parlons correctement chers élèves …………………………………. ..p14

EDITORIAL

E t si nous avons appris à se hisser au paroxysme ?

C’est à la fois une question que l’on pourrait se poser mais également le sens que l’on tenterait de donner à ce journal. Pourquoi une question parce qu’il ne faut jamais verser dans l’autosatisfaction, ne jamais surévaluer ses aptitudes ; être toujours « un éternel insatisfait »,avoir constamment le souci d’accéder à un niveau encore supérieur, nourrir sa curiosité en allant voir ce qui se fait ailleurs, cultiver  l’humilité en restant à l’écoute des autres, bref, il faut toujours se remettre en cause pour gagner en expérience et pour suivre son ascension dans la quête du savoir et de la perfection.

C’est que la complexité de la vie  et le rythme de son évolution nous mettent toujours dans des situations qui dictent d’inventer des parades, d’adopter également des réflexions. Les réponses aux divers problèmes dont nous pouvons être confrontés exigent une approche qui ne laisse aucune place à des idées reçues, à des formules non usées, encore moins à des préjugés. Notre responsabilité nous engage à assumer ce courage sans lequel nous manquerons le devoir qui est le nôtre.

L’école, lieu d’instruction et de transmission de connaissance, creuset où se rencontrent des jeunes adolescents d’horizons divers, entend-elle jouer sa partition et assumer sa part de responsabilité. De par son importance ainsi que la diversité et l’ampleur de ses activités, l’école peut se distinguer comme tête de pont en misant sur les immenses ressources humaines dont elle regorge, en mettant à contribution ses talents qui excellents dans tous les domaines. Oui nous avons les moyen d’accomplir cette tâche et la capacité de répondre à cette exigence de notre temps si nous savons prendre en main notre destin dont les contours épousent  à la fois plusieurs formes et présentent des facettes aussi différentes les uns, les autres. Tel semble être notre sort, une loi naturelle à laquelle nous serions soumis. Et la seule attitude vaillante consiste à nous adapter en nous donnant du sens à ce qui sort de la brume encore épaisse, mais éclairée par ce que nous savions déjà. Une telle posture témoigne notre maturité et traduit ainsi le sens que nous donnons à ce journal.

Sous ce rapport, on tient à préciser que ce présent journal a fait appel à certains élèves qui ont un parcours distingués dans le collège, parcours sanctionné par une expérience acquise au prix d’efforts considérables. Aussi, la cadence doit-elle être maintenue pour conduire vers des sommets encore plus élevés. Aucun retard ne doit être permis. Car la vie est  courte, l’expérience difficile à acquérir.

Aliou Faye, Professeur de français/Anglais au CEM de Samba DIA

 

 

 

 

 

                                                                            

  L’HISTORIQUE DU COLLEGE SAMBA DIA

Réussir à l’entrée en 6e posait des équations aux parents. L’enfant quittait le milieu. Ou trouver une famille d’accueil ? Suppression des internats. Peu de foyers d’accueil. Kaolack, Fatick, Thiès, Dakar. Au fil des transferts les élèves naviguaient de ville en ville à la quête du savoir.

Fimela. Le collège voit le jour. Ouf de soulagement. Etablissement salutaire. Et pourtant le casse tête demeure. Les problèmes se multiplient. Il est nécessaire, vital que Samba Dia ait un Collège. Pourquoi ?

Poids démographique : Samba  Dia fait partie des plus grands villages de la sous préfecture de Fimela. Deuxième grande agglomération après Difior.

Sa population frise les cinq mille  habitants. Cette population est surtout jeune 80% environ. Avant la naissance du CEM, le village avait une école de 12 classes fonctionnelles. Les effectifs par classe tournaient autour de 60 en moyenne. Quelques fois les filles étaient les plus nombreuses que les garçons. C’était le cas de 1979. Elles étaient plus douées en classe

Poids scolaire : Six écoles gravitent autour de Samba Dia : Kobongoye 1et2, MBissel (privée catholique), Baboucar Toumbou, Samba Diallo et Ndiédiéng. Certaines de ces écoles ont un cycle complet. Les résultats forts élogieux marquent la volonté des maitres à s’acquitter de leur tache. Plus de 80élèves réussissent chaque année à l’entrée en 6e

Conditions : Fimela, loin d’aplanir les difficultés, les multiplia. Les frais de transport s’imposèrent aux parents. Un minimum de trois cent francs (300f) par jour . Au bout d’un certain temps certains baissèrent les bras. Trouver un tuteur. Des exigences. La participation. : un sac de mil plus une certaine somme d’argent.

Solutions envisagées : le trajet à pieds. Certains élèves s’y résolurent. Il faut se lever tôt. Pas de petits déjeunés. Ventre creux en classe. Du pain pendant la récréation. A midi rassemblement à la gare routière de Fimela. Ebauche de cantine pas pour longtemps. Retour harassant. Exténué après manger enfin le coucher. Beaucoup n’ont pas supporté ce rythme. Abandon, exclusion, faible taux de réussite.

Une bonne volonté offrit un car aux élèves. La journée continue permit aux enfants de revenir tôt au village. Les résultats de 2004-2005 furent catastrophiques. Collège de proximité. PAEM CLASSE. L’idée était lancée. Il faut saisir la balle au bond.

Le collège de Samba Dia naquit en Octobre2005 avec trois niveaux (6ème, 5ème, et 4ème), tenus par six professeurs nouveaux.

Les premières années furent pénibles car les résultats ne suivaient pas. Pour preuve sur 40 candidats présentés au BFEM, seul 10 étaient admis. En revanche, au fil des ans les choses se sont améliorées pour en arriver à la dernière session 2009-10 qui a vu l’établissement se classer 5ème au niveau départemental avec un pourcentage de 65,82%.

 

 

Vers la réussite !  

L’avenir se prépare dès maintenant. Notre avenir, nous, en tant que élèves, est basé sur nos études. Et pour cela, il nous faut surement de la volonté, de la discipline, mais aussi une lutte sans relâche dans la vie, afin d’aboutir à une réussite.

L’avenir est la mémoire qui nous réserve l’essentiel de notre vie. Il nous réserve du bonheur comme du malheur, des difficultés et des facilités. Le bonheur est souhaité par tous. Car, c’est la meilleure espérance dans la vie. En effet, une bonne réussite est la cause d’un bon avenir. Et ce dernier nous conserve nos bonheurs. Exemples : la richesse, le mariage, la famille, la satisfaction des parents…

Par contre, l’avenir nous réserve certainement quelques malheurs. Et de ce fait, il faudra du courage, de la volonté, du sacrifice mais aussi de la maintenance. On peut aussi rencontrer certaines choses faciles à l’avenir. De même on peut aussi se heurter  à des choses difficiles. Mais toutes ces étapes ne dépendent que de la croyance totale et de la volonté.

Pour  il réussir, il nous faut d’abord une volonté dans les études. Mais aussi nous devons avoir un esprit concentré, c'est-à-dire ne pas nous occuper de certaines choses de la vie. Et comme le disent les professeurs, « apprendre au jour le jour est une bonne méthode pour quelqu’un qui veut réussir ». Les professeurs aussi doivent nous aider, avoir une ouverture envers les élèves, afin qu’ils puissent s’exprimer et poser des questions sans problème. De même, entre les élèvent il doit y avoir une solidarité, car ils n’ont pas le même esprit et la même compréhension.

Pour rendre radieux notre avenir, il nous faut une préparation dès maintenant. Et cette préparation nous renvoie au travail et surtout pour nous les élèves, car notre voie est plus sure et  rapide pour un avenir radieux. Aussi, nous devons nous pencher sur les études, nous fatiguer sur les études, en avoir une confiance pour montrer ce dont on est capable et ce qu’on sera demain.

L’avenir consacre pour nous tout ce que nous désirons. La base de cet avenir est la réussite. Et pour rendre radieux notre destin il nous faut du travail, car notre avenir est entre nos mains, et l’exploiter nous incombe.

Photo

   Mouhamed Boubacar Faty, élève de la 3°A

 

Description du collège de Keur Samba Dia

 

Le CEM  de Keur Samba Dia a été construit et équipé par le projet PAEM CLASSE (Projet d’Appui à l’Enseignement Moyen) en 2005.

Il est situé à l’extrême Ouest du village sur la route de Djifer.

De l’extérieur, à la devanture, sur le flanc gauche, se dresse un fromager géant. A l’entrée il y a un portail à gauche et une petite porte à droite. En franchissant le seuil on fait face au drapeau national qui flotte sur un mât entouré de fleurs. Derrière lui il y a un anacardier, et à sa gauche, la direction. Elle est composée de la salle des professeurs, le secrétariat, le bureau du principal, celui des surveillants et un bloc de deux toilettes. En y sortant, le visiteur aperçoit une vaste cour toujours propre grâce au gardien dont le logement se trouve un peu plus loin à droite et un grand bassin que les maçons remplissaient d’eau pendant la construction. La cour est plantée d’arbres sous lesquels il y a des bacs en ciment. Les élèves s’y assoient pendant la récréation. Un peu en avant, deux blocs de salles de classes font face. Celui de gauche est occupé par les 6èmes, celui de droite par les 5èmes. Plus loin encore on voit le bâtiment servant de toilettes. il est subdivisé en deux partie : une pour les garçons, l’autre pour les filles. L’eau que nous utilisons provient d’un puits qui se situe derrière le bloc de classes des 6èmes. Les portes et les fenêtres de l’école sont bleues et les murs sont bleu blanc. L’école est clôturée par un mur en ciment.

Vraiment c’est une école qui est très belle et bien positionnée. 

Ouseynou Diouf, élève de la 5°C

 

 

Les Conditions de travail au sein du   collège. 

Les conditions de travaille au sein de l’école sont pour la majeur partie favorables parce que les professeurs font régulièrement leurs cours par rapport aux autres établissements. Cela est considéré comme une bonne aide des professeurs. En plus de cela, les salles de classes, la cour de l’école et les toilettes sont en bon état et en bonne hygiène ce qui permet aux élèves d’être à l’aise et d’être entourés par un environnement sain et propre. Le plus important est la bienveillance du Mr le Principal qui passe l’essentiel de son temps dans l’établissement prés des élèves et des professeurs pour que les choses soient en règle. Il consacre une grande part du budget au fonctionnement de  l’établissement. Une importante chose à signaler est qu’il parvient dans son esprit de dialogue à faire organiser volontairement et bénévolement des cours de renforcement tous les après-midi. Vraiment on est  séduit par la manière dont il gère l’établissement. Et impressionné également par le travail des professeurs qui organisent même, les évaluations en dehors des heures normales de cours c'est-à-dire  en dehors des emplois du temps.

  

Sidate DIALLO 3è B

 

Comment éviter les violences en milieu scolaire ?

La violence peut être définie comme l’ensemble des dommages  (crimes, batailles, dégâts, harcèlements, viols, et c…) causés dans un milieu bien déterminé à l’égard des sociétés. Par conséquent, l’école étant considérée comme un lieu de transmission de connaissances et de savoirs aurait besoin d’un climat apaisé au lieu d’être vouée à la dérive. C’est la raison qui nous pousse à nous interroger sur certaines formes de violence qui gisent dans le milieu scolaire. Pour bien élucider notre sujet, nous tenterons d’abord de déterminer les formes de violence, ensuite leurs effets et en fin les solutions à préconiser pour stopper ce fléau.

L’établissement est un endroit d’apprentissages et  d’échanges. Mais malheureusement, il existe certaines violences dans le milieu scolaire. Et ces violences ont tendance à augmenter de plus en plus. Parmi ces violences, nous notons les violences verbales, morales ou psychologiques (menaces, injures, sabotages, etc.) et physiques (châtiments corporels, attouchements etc.) Et ces formes de violence sont à l’origine d’un certain nombre d’effets qui ne peuvent être que néfastes.

Par conséquent, d’énormes problèmes sont causés par ce fléau, aussi bien à l’égard des professeurs qu’au niveau des élèves et du système éducatif en général. Ces violences provoquent parfois la déperdition scolaire surtout au niveau du genre féminin. Beaucoup de filles abandonnent le milieu scolaire à cause de grossesses non désirées et de mariages forcés ou précoces. Le système est éventuellement perturbé par un certain nombre de grèves, des professeurs et des élèves. Parfois également, le manque d’ouverture de certains professeurs décourage les élèves. Alors n’ya- t-il pas de remèdes pour rendre plus fluide ce milieu ?

Pour permettre à l’école d’atteindre ses objectifs, chacun doit apporter sa contribution. Les parents d’élèves doivent aider les professeurs  qui passent la majeure partie du temps avec les élèves à jouer leur rôle d’encadreur et d’éducateur. Les élèves doivent également être conscientisés de leurs objectifs parce qu’ils sont face à un avenir incertain. Par exemple le CLUB EVF qui organise souvent des journées de sensibilisation sur  les maladies, les grossesses et mariages précoces. En outre le gouvernement doit payer les salaires des professeurs à temps et respecter les accords pour éviter les grèves.

E n définitive, nous pouvons noter que ces diverses formes de violences présentent des conséquences néfastes surtout  à coté des filles. Mais un certain nombre de solutions peuvent être trouve pour permettre au milieu scolaire d’atteindre ses objectifs et produire des fruits de qualité.

Tamba Keita, élève de la 3e A

 

 

 

 

 

MON PREMIER JOUR AU CEM

Lorsque j’étais à l’école primaire, pendant  6 ans, je rêve d’aller au CEM. Mais quand je suis admis à l’entrée en 6e, j’ai remercié le grand Dieu, parce que Jai réaliser un de mes rêves. Le jour de la rentrée scolaire  j’étais tellement content. Jai rencontré certains de mes camarades de l’école primaire et mes grands frères. J’ai vu également beaucoup de professeurs qui enseignent plusieurs matières différentes comme l’anglais, les mathématiques le français, SVT, l’histoire, la géographie, l’espagnol, l’arabe ….J’ai vu aussi le principal et les surveillants. J’ai remarqué aussi que les élèves qui étaient en classe supérieure étaient tellement à l’aise.

Je pensais  aussi qu’on n’apprend pas beaucoup, mais c’est tout à fait le contraire.

        Ouseynou LOUM, élève de la 6e B

 

LES PRINCIPALES ACTIVITEES AU SEIN DU CEM

E n tant que président du Gouvernement Scolaire GS, je suis tout à fait satisfait des principales activités qui se tiennent au sein de notre établissement. En commençant par les cours de renforcement qui se font pratiquement tous les soirs par nos professeurs bénévolement pour nous permettre de relever notre niveau dans presque toutes les disciplines, les interclasses c'est-à-dire les activités sportives très importantes  parce quelles nous permettent de se divertir un peu et d’équilibrer le corps et l’esprit, les activités des clubs également encadrées par les différentes cellules pédagogiques pour faire sortir les différentes facettes de chaque discipline. Sans oublier les activités de sensibilisation sur les IST comme le sida. Mais également sensibilisation sur les mariages précoces et les grossesses non désirées

Pour cette année-ci on a changé le concept de fosco par le GS qui est plus large parce qu’il est composé de plusieurs ministères qui doivent travailler durant toute l’année et j’ai eu la chance d’être élu à la tête. Sur ce, je lance un appel à tous mes camarades de s’activer conformément aux normes établies par nos chers encadreurs pour la bonne cause de notre établissement.

IBRAHIMA DIOUF, élève de la 4e B

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le portrait du principal (aspects physiques et moraux) 

 Notre principal est un petit Vieux. Il est court et gros. Sa tête est couverte de cheveux blancs et noirs. Ses yeux sont petits et minces comme des yeux de chat. Son nez est long. Sa bouche est petite. Ses dents sont blanche comme du lait, il est gentil avec tout le monde. Il aime donner des conseils aux élèves. Il aime le riz au poisson et le thé aussi. Il a des habits simples. Il a une taille de 1,30m. Il est élégant. Notre principal est beau c’est une star !   

Auteur : Fatou  Cissé,  élève de la  6e C

 

  Le portrait d’un professeur

Je fais le portrait d’un professeur qui s’appelle Madame Diop. 

Madame Diop est un professeur très élégante elle a à peu près Vingt huit ans. C’est un professeur qui est très respecter par tout le monde surtout les élèves parce qu’elle a beaucoup de caractère et elle les renvois mais il y’a certains élèves qui la déteste parce qu’elle aime renvoyer les élèves. C’est une Dame élancée, elle marche correctement. Elle habite à l’entrée du village. Mme Diop aime taquiner les gens mais parfois elle se fâche comme une lionne. Elle est très courageuse mais elle nous donne d’exercice mais elle nous dit chaque fois les exercices c’est pour s’entrainer et pour être fort en mathématique. Mme Diop a des oreilles un peu long, ses yeux sont petits sont nez est plat et sa bouche n’est pas très grande mais elle laisse apparaitre ses dents sa tête est toujours coiffée et elle porte de beaux habits.Mme Diop est un professeur très correct. Elle est admirée par beaucoup de personnes.

Auteur : Boubacar Ndour, élève de la 6e C                  

 

                            

 

 

 

 

Interview

INTERVEW ACCORDE A Mr LE PRINCIPAL.

Ardo : Présentez-vous s’il vous plait.

Principal : C’est un peu difficile de parler de parler de soi-même, mais on va tout de même essayer. Je m’appelle Ibou Ngom, je suis originaire de Toucar avec résidence à Mbour. Où je vis avec ma famille depuis 1993. Une seule passion après le travail professionnel bien sûr, les activités associatives, les actions de développement communautaires, aussi bien au niveau de Mbour qu’au village tout en mettant la priorité sur les activités du village qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui.

Ardo : Votre cursus ?

Principal :

ü  Ecole élémentaire Kane Faye de Toucar. (6ans)

ü  Enseignement Moyen : CEM Khar Ndoffène de Fatick. (4ans)

ü  Enseignement secondaire : Centre culturel LEBRET (Route de Ouakam) (3ans)

ü  Formation professionnel : Fasteef (Ex Ecole normale Supérieure. (2ans)

ü  Carrière d’enseignant :

  • De 1981 à 1993 : Professeur de sciences physiques au CEM André Peytavin de St-Louis.
  • 1993 à 2005 : Professeur au CEM de Thiadiaye.
  • DE 2005 à nos jours : Principal au CEM de Samba Dia.

Ardo :   Que  pouvez- dire de l’environnement du CEM ?

Principal : Le collège de keur samba Dia fait parti d’un ensemble de collèges construits et équipés par le Projet d’Appui à l’Enseignement Moyen (PAEM/ Classe). Ces collèges sont implantés dans des régions pauvres, hostiles à l’enseignement, ou alors dans lesquels le taux de scolarisation est très jugé très faible. Et dans ces régions, le choix des localités respecte les mêmes principes qui ont présidé au choix de leur région. Ceci dans cela justifie l’environnement et l’engagement des populations.

Dans  notre CEM, Dieu merci ; en toute chose il faut y croire pour faire adhérer les uns et les autres et arriver à des résultats concrets incontestables. Si nous comparons nos premières années à nos jours, nous allons franchement dans le sens de féliciter tous les acteurs (professeurs, élèves, communauté).

Mais je vais surtout aller dans le sens de remercier et d’encourager les collègues enseignants pour leur collaboration, leur engagement à assainir l’environnement scolaire.

Ardo : Vos impressions par rapport au collège ?

Principal : J’ai une déformation plus forte que moi, qui fait que ma seule préoccupation est liée aux résultats. L’échec  me fait très mal. Et tout ceux qui travaillent, innovent, prennent des initiatives allant dans le sens d’améliorer ces résultats m’impressionnent.

Ardo : Parlez-nous un peu de l’historique du collège et des résultats  au BFEM.

Principal : Le collège a ouvert ses portes en octobre 2005 avec trois niveaux (6e , 5e et 5e ) avec 8 professeurs dont un Professeur contractuel dans sa troisième année et un chargé d’enseignement qui venait fraîchement de l’élémentaire. (Ça révèle pour ceux comprennent le niveau expérience  pédagogique). Malgré tout  en 2006/2007 nous avons présenté 40 candidatas au BFEM dont 10 admis (1er tour et 2e tour confondus).

C’était le tollé ! Grosse  déception, incompréhension  à tous les niveaux.

Occasion de  redoubler d’effort, de s’organiser davantage, de prendre des initiatives, de se souder pour améliorer les enseignements apprentissages et aboutir à de meilleurs résultats.

Un an après, le collège est érigé en centre d’examen, beaucoup de ces paramètres défavorisant  disparaissent. D’année en année les résultats s’améliorent : 2009 / 2010, 5e au niveau départemental avec un taux de réussite de 64.86 % ;  deux lauréats au concours de l’excellence.

Ardo : Etes-vous satisfait de ces résultats ?

Principal : Oui et non.

Oui par rapport à nos premiers résultats qui étaient décriés.

Non, parce qu’il est .démontré scientifiquement que l’homme n’a pas encore exploiter le 5ième de ces capacités, je crois en cet adage.

Ardo : Qu’est-ce-qui  a favorise cela ?

Principal : L’adhésion, la cohésion et l’engagement de tous les acteurs surtout l’équipe enseignante.

Vos relations avec les subordonnées ? Avec l’APE ?

Principal : Je n’aime pas le terme subordonnée, je dirais plutôt  collègues. Nous entretenons  d’excellentes relations. Les enseignants constituent une famille ; ils en ont fait une réalité.  Avec l’association des parents d’élèves, on aurait taxait même de complicité, et Dieu sait que c’est la convergence des points  de vue.

Ardo : Votre conclusion.

PRINCIPAL : La naissance du journal du collège fut un rêve pour moi. Ce rêve est devenu réalité pour moi. J’en suis très satisfait. 

L’arrivée au CEM avant 8h 15

Nous habitons à Baboucar un village situé à trois kilomètres de SAMBA DIA.  

 Du lundi au Samedi nous quittons Baboucar pour nous rendre au collège de  SAMBA DIA. Nous nous levons à six heures, révisons nos leçons avant  l’heure du départ. 

 A sept heures nous voila en route pour l’école car nous devons être là avant  huit heures et quart.

 Dès la sortie du village, nous marchons à grands pas. Parfois on voit quelqu'un(e) qui trottine. Parfois nous sommes avec nos sœurs et nos pères.

Arrivés au collège, nous sommes tellement fatigués que tout s’échappe de nos esprits.

Parfois nous arrivons en retard à cause des travaux domestiques. Si nous avons des cours de renforcement  le soir, l’élève qui ne veut pas manger à l’école revient à 15h. Donc il dispose de trente minutes pour aller au village, se doucher, manger et revenir. Voila (ce que nous vivons chaque jour sur la route qui nous mène à notre collège) notre quotidien en résumé.

KHADY DIOP 4è A

Le portrait du principal du CEM de Keur SAMBA DIA.

Notre principal s’appelle IBOU NGOM. C’est un homme d’environ soixante ans.

Il est de petite taille et d’un teint noir. Ses épaules sont un large. Sur sa tête il

Y ‘a des cheveux noirs et blancs et un large visage. Sa bouche est entourée de moustaches blanches et noires. Il a de petits yeux, un petit nez et des dents blanches.

Il marche vite et beaucoup en balançant les bras.

Notre principal est gentil car il nous considère comme ses enfants, ses frères, ses sœurs et il veut notre réussite. Où qu’il soit, il prie pour tous les  élèves.

Mr  NGOM  n’aime pas voir un élève souffrir ; il nous conseille  et nous encourage toujours. Il reste à l’école de sept heures à dix neuf heures.

Vraiment nous avons un brave principal : Mr IBOU NGOM,  headmaster.

KHADY DIOP   4Ea

 

 

 

                              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vives les maths !

Les nombres relatifs nous paraissent aujourd’hui  pratiquer pour indiquer une température, une altitude, etc. pourtant, ils mirent  beaucoup de temps à s’imposer. Les ingénieurs mathématiciens Egyptiens, grecs et Romains les ignoraient : en effet, pour eux, les nombres ne pouvaient servir qu’à exprimer des longueurs, des distances…….

C’est au VII siècle que l’Indien Brahma gupta effectua des opérations sur ce qu’il appelait les « biens », les « dettes » et le « néant » ; c’est à dire en langage moderne les nombres positifs, les nombres relatifs et le zéro.

Lorsque  au moyen âge la mathématique Indienne pénétra en Occident, l’idée de nombre négatif était encore refusé par des mathématiciens célèbres comme Descartes.

Sources : les maths un peu ma planète

Jeu mathématique.

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

 

 

3

4

5

 

 

 

 

 

 

 

 

6

 

 

7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12

 

 

 

Remplie cette grille avec les mots qui répondent aux définitions données ci-dessous et forme un mot important du chapitre sur les fractions avec les lettres numérotées.

  1. Son résultat est une somme
  2. Le produit 2.5 x 6 x 15 en a trois
  3. Le  a  de a/b
  4. Le résultat d’une division
  5. Le nombre 5 en est un, mais pas le nombre 2.5
  6. Passer de 24/15 à 8/5
  7. La somme 1/8 + ¾  en a deux.
  8. Son résultat est un produit

Le mot caché

Résoudre chacune de ces 8 équations et, remplacer la solution par la lettre de l’alphabet correspondante. (1 donne A ; 2 donne B…)

On obtient ainsi un mot de 8 lettres ; quel est-il ?

  1. On obtient 13 en ajoutant 3 à un nombre double.
  2. 2. X est tel que : x- 5 = 12.
  3. On obtient 13 en enlevant mon tiers à 20.
  4. Y  est  tel que  Y + 12 = 13.
  5. On obtient 13 en m’ajoutant  et en divisant le résultat par 2
  6. Z  est tel que  13 – Z = 4
  7. En divisant 195 par moi en obtient 13.
  8. Je ne suis pas 13, mais j’en diffère de moins de 2.

 

Mr Diémé : Professeur de MSP.

 

 

 

 

 

 

                           

                      One day a man was walking in the park when he found a penguin. He took it to a policeman and said, “I’ve just found this penguin, officer.

  What should I do with him? The policeman

   Answered, “Take him to the zoo.”

                 The next day, the policeman was walking in the   same park when he saw the same man again   with the same penguin. He went up to him and said, “Didn’t I tell you to take him to the zoo? “

  “Yes,” said the man. “I took him to the zoo yesterday, and he enjoyed it so much that today

 I’m taking him to the cinema.

Penguin: manchot, oiseau palmipède des régions antarctiques, dont les membres antérieurs,       impropres au vol, sont utilisés comme nageoires. Enjoy this dialog between a father and his son.

Son: Dad, I want to get married.

 Dad: Who to?

Son: To Grand

Dad: What? You can’t do that!  You can’t marry my mother!

 Son: Why not? You married mine!

OBN:  English teacher in CHEIKH DJIBRIL KEBE  Jr    School. (SAMBA DIA)

 

 

 

Proverbes

Qui ne dit mot consent.      

                                                                                                                                                                    Lesjeunes manquent d’expérience, les vieillards de force.                                                                                                             Qui veut noyer son chien, l’accuse de rage.                                                                                                                                                                     Si jeunesse savait, vieillesse pourrait                                                                                                                                                                              Le temps bien employé est n profit                                                                                                                                                               On reconnait l’arbre à ses frits                                                                                                                                                                                               L’argent est n bon serviteur et mauvais maître.                                                                                                                                                                     Toute peine mérite n salaire.                                                                                                                                                                               Qui se sent morveux se mouche.                                                                                                                                                                     Nul n’est prophète chez soi.                                                                                                                                                                                    Paris ne s’est pas fait en un jour.                                                                                                                                                                                                     On ne prête qu’aux riches                    Proverbes proposés par Salimata Hélène Guèye.

 

                                                                                    Charades

Mon premier est un adjectif possessif                                                                                                                                                                    Mon deuxième est une boisson chaude                                                                                                                                                                           Mon troisième est un meuble                                                                                                                                                                                                           Mon quatrième est un pronom personnel.                                                                                                     Mon tout est un engin en orbite autour de la terre.

Solution (etilletas)

Ma première marque la condition.                                                                                                                                                                          Mon deuxième s’achève avec le dernier souffle.                                                                                                            Mon troisième est un meuble.                                                                                                                                                                                       Mon quatrième est un adjectif possessif.                                                                                                                   Mon cinquième est la trace de la charrue à la surface du champ.                                                                        Mon tout est l’ensemble des valeurs et des traditions d’un peuple.

Solution (noitasilivic)  

Charades proposés par Mlle Faye

                                                                                                                                                                                                                                       Parlons correctement  chers élèves!!!    

 On ne dit pas : «  C’est moi qui a dit » mais plutôt : « C’est moi qui ai dit ».                                                      On ne dit pas : « C’est moi qui est fautif » mais plutôt : « C’est moi qui suis fautif ».                                                                                            On ne dit pas : «  Moi et mes amis, on a joué au foot ;… » ; Mais plutôt : « Mes amis et moi, avons joué a foot… »

         Rubrique  proposée par Mlle Faye

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Activités du club TIC PDF Imprimer Envoyer
Écrit par mbengue   
Mardi, 05 Octobre 2010 13:23

The Joomla! Community Portal is now online. There, you will find a constant source of information about the activities of contributors powering the Joomla! Project. Learn about Joomla! Events worldwide, and see if there is a Joomla! User Group nearby.

The Joomla! Community Magazine promises an interesting overview of feature articles, community accomplishments, learning topics, and project updates each month. Also, check out JoomlaConnect™. This aggregated RSS feed brings together Joomla! news from all over the world in your language. Get the latest and greatest by clicking here.

ACTIVITES DU CLUB TICE.

Le club TICE a été mis en place, il comprend des professeurs encadreurs en dehors des coachs qui ont suivi la formation. (voir rapport semestriell).

Ces coachs et professeurs encadreurs dehors de la formation de trois jours initiés par l'USAID/EDB initient les élèves suivant un calendrier établi de commun accord avec les élèves membres du club TICE. c'est ainsi que les lundi soir et vendredi soir à partir de 16 heures ont été retenus pour une formation continée de ces élèves.